Présentation Plan Les Femmes et les Hommes mobilisées Les Femmes et les Hommes meurtris

Vivre et mourir en temps de guerre : hommes et femmes dans la Grande guerre 1914-1918

Une GUERRE TOTALE est un conflit qui se signale par la mobilisation de toutes les ressources des États et l’extension de l’affrontement à toutes les régions du globe. Son objectif est l’anéantissement de l’adversaire, combattant ou civil ; les belligérants y consacrent toujours plus de moyens (guerre d’anéantissement).

Voilà comment nous allons procéder


  • I/ Les femmes et les hommes mobilisées
  • II/ Les femmes et les hommes meurtris

Les femmes et les hommes mobilisées

a)Sur Le Front
b)A l'arrière du front

Les femmes et hommes mobilisées sur le front :

Il y a dans cette guerre trois phases, la première est une phase de mouvement suivi de la fameuse guerre des tranchées, la guerre de positions qui dura le plus longtemps, dont la bataille de Verdun qui se déroule en 1916, puis le retour d'une phase de mouvement qui sera décisif grâce au nouvel armement américain.br>br> Les femmes étaient aussi là pour travailler avec les commandants, par exemple en Allemagne, Elsbeth Schragmüller, surnommée Mademoiselle Docteur, on la dit “hors pair”, elle connaissait tous les enjeux du conflit, elle était surtout en Belgique pour travailler avec des commandants.
La majorité des femmes quant à elle était aussi mobilisée sur le front en tant qu'infirmière, elle était là pour soigner les hommes qui revenaient du combat.

Les femmes et hommes mobilisées a l'arrière du front :

Le reste des citoyens que sont principalement les femmes et les enfants travaillent dans les usines reconverties dans les productions d’obus et de munitions ou dans les champs pour pouvoir nourrir les soldats.

Le travail des femmes et des enfants consiste à:
  • S’occuper des hommes dans les hôpitaux.
  • Nettoyer les wagons qui transportent les soldats.
  • Travailler même dans la neige et enterrer les soldats.
  • Demander d'enrôlement aux femmes avec des affiches.
  • Vivre dans la rue de vente de pains et de journaux et fabriquer des munitions.
En 1914 l’État français crée 5 bureaux de renseignements à partir de 1915, les femmes rejoignent les services secrets pour 40 à 50 francs par mois + 5 francs par courrier retransmis.
  • Le réseau “Ramble” a sauvé plus de 1000 soldats britanniques.
  • Réseau “Dame blanche”, plus de 1200 personnes dans le réseau dont 50 femmes faisaient partie du conseil sur les 128 conseillers.
Il y avait aussi des marraines de guerre qui entretenait des correspondances avec des soldats au front afin de les soutenir moralement, psychologiquement, voire affectivement.

Les femmes et les hommes meurtris

a)Physiquement
b)Psychologiquement

Les femmes et hommes meurtris physiquement :

Tout d'abord en travaillant :
  • En tant qu'espion : Mathilde Lebrun, recruté chez les Allemands en tant que “R2”, elle travaille pour les Français sous le nom de “Simonne”, elle explique dans son livre que les espionnes ne recevaient aucune reconnaissance ni soutien en cas de capture de la part de leur hiérarchie.
  • En tant de marraines de guerre
  • En tant qu'infirmière, médecin, radiologue...
  • Dans les usines
  • Dans les champs
Mais aussi du fait de la famine du à la guerre

Les paysans sont empêchés de cultiver leurs terres, les cultures sont dévastées par les combats et par le passage des armées, les moyens d'irrigation sont ravagés, les systèmes de transport et de distribution paralysés, les populations déracinées, les réserves pillées ou détruites.
Entre 120 000 et 200 000 Libanais, soit un tiers de la population, sont ainsi morts de faim au cours de cette période entre 1915 et 1918 due aux invasions de sauterelle qui a ravagé les récoltes et aux blocus maritimes qui leurs empêcher de chercher de la nourriture ailleurs.

Des hommes sur le front due aux blessure de la guerre

À la fin de la Grande Guerre, le nombre total de morts s’élevait à 9 millions dont plus de 2 millions d’Allemands, presque 1,5 million de Français, 1,8 million de Russes, 750 000 Britanniques, et 650 000 Italiens. Proportionnellement à sa population, la France est le deuxième pays où les pertes ont été les plus importantes.

Parler des blessures, c’est aussi mettre en avant la déshumanisation que celles-ci entraînent sur le corps :

La perte physique sera souvent prolongée par les traumatismes psychologiques. Au-delà de la blessure, c’est le rapport avec la famille qui accentuera la douleur du soldat mutilé.
Les épouses et les enfants se retrouvent confrontés à une personne qu’il ne reconnaisse plus. Ce sera sans doute là, le plus grand drame pour ces soldats....

Les femmes et hommes meurtris psychologiquement :

Du à la famine de la guerre

Comme physiquement, la famine est très violente psychologiquement pour tout le monde, déjà que l'homme de la famille est partie aux fronts, le fait de peut manger, peut amener à une sorte de torpeur, une sorte de dépression.

Des hommes sur le front due a l'éloignement de leurs familles

Les hommes sont seul, loins de leurs familles...
Ils peuvent avoir recours à des prostitués ou des marraines de guerres afin d'atténuer leurs solitudes.

Des hommes due aux atrocités de la guerre sur le front

Des corps, des membres, des obus...
Tout est déstabilisant et peut vous blesser à vie.
Les soldats finissent même par s’accoutumer à la violence, à la présence de la mort ou à l’alternance des rythmes et à la sensation que la guerre ne finira jamais. Mais ils mettent au point des stratégies pour faire face à la réalité : donner un sens et une justification pour affronter l’épreuve (patriotisme, guerre défensive, protection du pays...), s’endurcir et retenir ses émotions, ou encore s’en remettre à des pratiques religieuses et/ou superstitieuses.

Sources :



-Image de Fond
-Le départ au front en 1914
-Les victimes civiles de la guerre de 1914-1918
-La mobilisation des femmes
-L'aide américaine en Picardie
-Les femmes, la guerre et la paix
-Le travail des femmes dans les archives de la planete albert kahn
-Les femmes espionnes dans la grande guerre
-La Première Guerre Mondiale
- Les Marraines de guerre
-Marie Curie, la radiologie et la guerre

A propos :

Présentation des créateurs du site

Nous sommes 4 élèves de 1èreSTI2D, du lycée St Exupéry de Parentis en Born.

  • Maxime Bardreau, 17 ans, fan de nouvelles technologie.
  • Lucas Juillot, 16 ans, assez social, joueur de jeux vidéo sur PC a temps partiel.
  • Gaël Pidoux, fan d'anime, âgés de 17 ans.
  • Tristan Pinguet, fan du travail de Ubisoft et grand supporter Xbox qui compte travaillé dans l’animation 3D.